La presse en parle

TV5 Monde (Vidéo)
Priorité est donnée au public, notamment les plus jeunes. [Interview Alif Naaba] : Il y a un truc qui est incroyable, c’est que le public participe. Quand vous prenez le quartier de Gounghin, les familles participent. Tout le quartier participe. C’est là la différence de ce festival. (…) Les gens prennent ça pour eux. [Fin Interview]. Des sourires se dessinent sur les visages. Comme une rennaissance après l’attaque terroriste qu’a connu Ouagadougou il y a un moins. Malgré les craintes, les organisateurs ont tenu à maintenir l’organisation du festival en signe de lutte.
Fanny Noaro, février 2016
> Voir la vidéo

Le Point Afrique
Scandant une parole politique et dénonciatrice forte, le festival entend aussi oeuvrer à la démocratisation et à la décentralisation de l’art. Si la capitale burkinabè concentre le plus de festivaliers, la rencontre se passe également dans six villages ruraux. […] Un ancrage populaire cher à Boniface Kagambega, […]. « L’important dans Rendez-vous chez nous, c’est que cela se passe chez nous, là où on vit, c’est-à-dire dans la rue et sous les baobabs, explique ce comédien marionnettiste de 38 ans. En s’insérant dans l’espace public, on cherche à transformer le vécu du tous les jours pour le changer en rêve. » […] Au milieu des odeurs de frites et de brochettes grillées se mélangent des enfants de tous âges, le milieu artistique burkinabè, les habitants des quartiers alentour ainsi que des expatriés et Européens venus travailler autour du festival. Les vendeuses ambulantes se glissent parmi les spectateurs. Plus les heures passent, plus les enfants et les plus âgés laissent place à la jeunesse. Les spectacles s’effacent devant les concerts. Là encore, l’engagement est là  avec des slameurs qui plaident pour le pardon face aux balles ou pour un accès de tous à l’école, le tout sous les ovations du public. […]Samedi est venu le très attendu rappeur Smockey, fondateur du Balai citoyen, mouvement populaire engagé dans la chute de Blaise Compaoré. La fête a offert du bruit et des poings levés.
Marion Garreau, février 2016
> Lire l’article

Les Inrocks
Au pays des hommes intègres : un théâtre engagé et rieur
se déploie à Ouagadougou voyage au coeur d’une création
en ébullition. […] Venus de France et d’Afrique, les spectacles et concerts de « Rendez-vous chez nous » se déroulent au
coeur de Ouagadougou et dans Les villages environnants,
attirant édition après édition un public de plus en plus
nombreux autour de ce théâtre engagé dédié cette année
à la citoyenneté.
Fabienne Arvers, mars 2014
> Lire l’article

« Une effervescence créatrice passionnante. »
L’Express, Igor Hansen-Love, mars 2014
> Lire l’article

Libération
Compensant le manque de moyens par de l’énergie et
de la bonne volonté, la capitale du Burkina Faso a hébergé,
pour la quatrième fois, son festival des arts de la rue.
Un cas à part en Afrique.
II a vu le jour à l’initiative de Boniface Kagambega qui,
contre vents et marées tache de maintenir le cap :
« Nous avons très peu de moyens et […] pensons
qu’il est important d’investir l’espace public et essayons
de mettre en place un réseau de compagnies et structures
africaines. Nous habitons un continent où, par tradition,
du baptême aux funérailles tout se passe sur la place
du marché ou sous le baobab. Mais les choses
se compliquent lorsqu’il s’agit d’un festival comme celui-ci
qui entend garder sa liberté de parole et ne pas caresser
les autorités dans le sens du poil en dénonçant au passage
les injustices, la corruption. […] Notre mission est de
porter le flambeau pour aider ceux qui luttent. »
Gilles Renault, février 2013
>Lire l’article

Une réflexion sur “ La presse en parle ”

  1. Bravo à tous ces gens qui se battent pour conserver leur liberté d’expression et à tous ceux qui les aident (dont notre fille) et vont partir pour le Burkina, dans une semaine, malgré les récents évènements.
    Bon courage et partagez votre optimisme avec ces Burkinabais qui semblent en avoir aussi mais qui vous attendent pour « planter le clou ».
    Luce et Bernard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

pour la démocratisation et la décentralisation de la culture en Afrique de l'Ouest

%d blogueurs aiment cette page :